Présentation

Puisque les copeaux sont moins denses que les bûches, les premières récoltes débutent plus tôt. En contrepartie, la période de récolte est aussi plus courte. Une parcelle implantée durant le printemps ou l'été peut produire la même année, selon le substrat, l'espèce et la proportion de mycélium utilisé. La floraison débute une fois que tout le substrat est colonisé, donc plus on nourrit la parcelle et plus son incubation sera longue. Bien nourrie et protégée du gel, une parcelle se conserve plusieurs années.

Choix du site

La nécessité prioritaire est l’humidité, soit un site protégé du vent et du soleil.

  • Choisissez un endroit humide, mais bien drainé. L'eau stagnante favorise davantage les bactéries que le mycélium.
  • Mi-ombragé, avec une légère pente face au Nord. Les bordures d’arbustes et les jardins constituent aussi un endroit idéal; les végétaux y retiennent l’humidité près du sol, et profitent du gaz carbonique exhalé par les champignons.
  • S'il n'y a pas de végétaux à proximité, les parcelles peuvent aussi être implantées du côté nord des bâtiments, mais considérant le caractère bioaccumulateur des champignons, il faut éviter les sites sujets à la pollution (pesticides, métaux lourds, gaz d'échappement…).

Assainissement du substrat

Le substrat (paille, copeaux ou autres) est d'abord humidifié (immergé 24 h dans l'eau puis drainé). Si le mycélium utilisé est axène, il est conseillé de traiter le substrat avant de l'inoculer, à l'aide d'un ou de plusieurs des moyens suivants;

Pasteurisation

La pasteurisation est un procédé de conservation par le chauffage, à une température (habituellement entre 65 et 82°C) et une durée donnée, suivit d'un refroidissement rapide. Il ralentit la détérioration causée par la prolifération microbienne.

Contrairement à la stérilisation, la pasteurisation n'est pas destinée à tuer tous les micro-organismes. Elle vise plutôt à réduire certaines populations thermosensibles, susceptibles de provoquer une compétition forte contre le mycélium. La population laissée intacte présente peu de concurrence au mycélium pendant environ 2 semaines, période lui permettant de coloniser le substrat.

Procédure:1)

  1. Un baril de métal de grade alimentaire est rempli d'eau, puis chauffé à 71°C.
  2. Pendant ce temps, le substrat est placé dans un panier en treillis métallique de dimension légèrement inférieure au baril.
  3. Lorsque l'eau atteint 71°C, le panier y est immergé durant une à deux heures (déposez des briques à la surface pour tenir le substrat en immersion totale).
  4. Le panier est retiré, et le substrat est refroidi rapidement sur un espace propre (bâche, table désinfectée, etc.)
  5. Après refroidissement, le substrat est inoculé.
  6. Vous pouvez réutiliser l'eau, mais elle doit être jetée après deux trempages. Elle peut alors être employée comme désherbant.

Méthodes alternatives

Vous pouvez remplacer la pasteurisation par une succession de traitements chimiques et biologiques. Le résultat de ces méthodes dépend fortement de la propreté du substrat, de la qualité de l'eau, du taux d'inoculation et de l'aérobie du milieu inoculé. Elles sont toutefois considérées comme étant moins fiables que la pasteurisation.1)

Chaux vive

En traitant le substrat avec de la chaux vive, la variation drastique du pH rend inactif la plupart des organismes concurrents. Le pH de l'eau s'élève à 9,5 ou plus, et le substrat atteint environ 8,5 après le trempage.

Procédure: 1)

  1. Ajoutez 900 g (2 lb) à 1.8 kg (4 lb) de chaux par 200 litres d'eau.
  2. Immergez le substrat durant 12 h, puis drainez.

Après 3 ou 4 jours de croissance, le pH rechute lentement alors que le mycélium sécrète des acides et des enzymes. Le substrat doit être utilisé 7 à 10 jours après le traitement, avant l'avènement des organismes concurrents.

La solution ainsi produite est caustique. Protégez-vous à l'aide d'un équipement de sécurité approprié (gants, lunettes…), et prenez note que le lixiviat résultant est toxique et que vous devez en disposer de manière sécuritaire, en accord avec les lois environnementales en vigueur.

Chlore

L'eau de javel domestique est habituellement concentrée à 5.25% d'hypochlorite de sodium. L'action oxydante du chlore à la capacité de nettoyer et de désinfecter simultanément.

Procédez de manière similaire à la chaux:1)

  1. Ajoutez 750 ml à 1 L d'eau de javel par 200 litres d'eau.
  2. Immergez le substrat durant 4 à 12 heures, puis drainez.
  3. Laissez reposer quelques heures, pour qu'une partie du chlore s'évapore.
  4. Le substrat doit être utilisé 7 jours après le traitement, avant l'avènement des organismes concurrents.

La solution ainsi produite est caustique. Protégez-vous à l'aide d'un équipement de sécurité approprié (gants, lunettes…), et prenez note que le lixiviat résultant est toxique et que vous devez en disposer de manière sécuritaire, en accord avec les lois environnementales en vigueur.

Détergent

Le substrat peut être traité à l'aide d'un savon biodégradable. Les cultivateurs sont encouragés à faire les propres expériences afin de déterminer quels détergents sont les mieux adaptés à leurs substrats.1)

Fermentation

Le substrat peut être fermenté grâce aux levures à bière (Saccharomyces cerevisae). Cette méthode, moins efficace que celles précédemment décrites, pourrait éventuellement être améliorée par un séquençage de différents micro-organismes. Des métabolites tels que l'alcool et des sous-produits antibactériens sont générés dans le processus, éliminant certains concurrents. Les levures et leurs résidus deviennent ensuite de la nourriture facilement assimilable par le mycélium.

Procédure:1)

  1. Mélangez 2 à 10 kg de sucre de malt pour 200 L d'eau tiède.
  2. Ajoutez-y les levures et couvrez.
  3. Laissez fermenter 2 à 3 jours à 24°C, sans intervenir.
  4. Le substrat y est immergé pendant 48h.
  5. Il est ensuite drainé puis inoculé.

Aménagement d'une parcelle mère

Vous pouvez ensuite procéder à l'implantation:

  1. (facultatif) Pour mieux préserver l'humidité, le sol est d'abord creusé à 4” de profondeur.
  2. Le fond du trou est recouvert d'une couche de carton ou de papier, et de 2” de copeaux
  3. Les copeaux sont recouverts par du mycélium, et le mycélium par encore 2” de copeaux.
  4. Recouverte par 2 épaisseurs de toile de jute, la parcelle est désormais protégée de la déshydratation. Arrosez abondamment à l'implantation, puis à quelques semaines d'intervalles, au besoin. Il est essentiel que la parcelle reste humide, mais bien drainée.

Au Québec, les parcelles extérieures peuvent être implantées de mai à la fin d'août. Il faut prévoir un minimum de quatre semaines de croissance pour que le mycélium survive bien à l’hiver. Lorsqu'inoculées à 20 % (2 parts de mycélium pour 8 parts de substrat), elles seront habituellement prêtes en une à huit semaines.1) Plus la proportion de mycélium augmente et plus la colonisation sera rapide.