Introduction

La reproduction sexuée fait naître des individus uniques, issus de la rencontre de deux spores, tandis que la reproduction végétative crée des clones, de génétique identique à leurs parents. Tous les organismes sont sujets au phénomène de vieillissement cellulaire, qui limite la capacité des cellules de se régénérer. Lorsqu'elles deviennent trop usées, la vigueur décline drastiquement. La reproduction sexuée permet alors de former de nouveaux individus jeunes et compétitifs.

Pour entretenir la vigueur du mycélium, il est important d'éviter le manque de nourriture, qui risque d'entamer un déclin biologique.

Multiplication végétative

Au printemps de la deuxième année, votre parcelle devrait être complètement envahie par le mycélium. Il faut alors fragmenter le mycélium pour agrandir la parcelle, ou en créer de nouvelles. Avec un environnement adéquat, vous pourrez même diviser vos parcelles une seconde fois pendant l'été. Néanmoins, la récolte en sera retardée, si récolte il y a.

  • (recommandé) Lavez vos mains au préalable
  • Transplantation: À l’aube ou au crépuscule, soulevez les toiles de jute, cherchez des amas de mycélium vigoureux, et placez-en quelques morceaux dans un sac de papier. Recouvrez les trous avec des copeaux de bois humides, et transplantez immédiatement le mycélium dans sa nouvelle parcelle. La toile de jute intérieure, protégée du soleil, sera vite colonisée. À 50-60 %, elle peut servir en tant que mycélium, pour la création d'une nouvelle parcelle. Profitez-en pour replacer une toile vierge sur la parcelle mère.

          

  • Boutures de pieds: Pour plusieurs espèces, au moment de la récolte il suffit de préserver environ 1 à 2 cm de la base de la tige, en prenant bien soin de conserver les délicats rhizomorphes qui s’y rattachent. Utilisez ces boutures en tant que mycélium.

          

  • Propagation asexuée de champignons mycorhizes: Les mycorhizes, telles que les chanterelles, les bolets et les amanites sont pour l’instant très difficiles à cultiver en laboratoire. Toutefois, il existe deux méthodes étonnamment simples, mais souvent efficaces, pour cultiver ces champignons. La première consiste à simplement placer une ou plusieurs boutures de pieds directement en contact avec les racines d’un jeune arbre compatible avec l’espèce choisie.1) La seconde est détaillée ci-dessous.

Reproduction sexuée

Multiplication naturelle des bûches2): La manière la plus simple et naturelle de multiplier des bûches est d’en choisir une vigoureuse, portant des champignons prêts à sporuler, et de la placer à proximité de bûches fraîchement coupées. Les bûches colonisées par les compétiteurs naturels doivent être écartées dès que possible. Cette méthode peut être répétée pendant plusieurs années, mais la population doit être constamment purifiée afin que l’espèce choisie prédomine.

Propagation sexuée de champignons mycorhizes1):

Cette bouillie de spores peut inoculer des arbres par un simple arrosage;

  1. Ajoutez ¼ de c. à thé de sel de mer et 1 c. à table de sucre ou de mélasse dans 4 L d’eau. Faites bouillir le mélange pendant 10 minutes.
  2. Versez le mélange dans un contenant de verre, d’acier inoxydable ou de plastique. Assurez-vous que le contenant n’a pas été en contact avec du lait ou des produits chimiques.
  3. Une fois le mélange refroidi, ajoutez une cuillère à thé (1g) de spores (portez un masque à poussière et lavez bien vos mains avant et après). Vous pouvez recueillir des spores simplement en plaçant le chapeau d’un champignon face à une vitre ou sur une feuille de papier propre. Les spores s’y déposeront après 24 à 48 h et pourront être récupérées à l’aide d’un couteau affûté ou d’une lame de rasoir. Vous pouvez aussi directement rincer les lamelles avec le mélange ou placer les chapeaux sur un grillage au-dessus d'une bassine d'eau. Il est très important de sélectionner des champignons fermes, d’apparence saine, jeune, mais suffisamment mature (prêts à sporuler).
  4. Couvrir immédiatement le mélange, puis l’incuber pendant 24 à 48 h, dans un endroit sombre, à une température variant entre 10 et 26 °C (la température varie selon l’espèce).
  5. Secouez vigoureusement le contenant deux fois par jour pendant 2 jours, puis versez le mélange au pied d’un jeune arbre compatible avec le champignon choisit.