Présentation

Certaines espèces sont mieux cultivées sur les rondins que sur les copeaux. Comme le bois est plus dense, la culture sur rondins et souches est plus lente. En contrepartie, la récolte s'étend sur plusieurs années, pendant plus longtemps que les parcelles de copeaux. La plupart des rondins de 4 à 8” de diamètre débutent leur production une à trois années après l’inoculation, selon leur diamètre, le type de bois, l'espèce et la quantité de mycélium utilisé. La floraison débute une fois que toute la bûche est colonisée, donc plus le diamètre est large et plus l’incubation sera longue. Selon les mêmes critères, une bûche bien entretenue peut ainsi produire durant 2 à 7 ans.

Récolte du bois

Quand récolter le bois

Au Québec, la période de dormance des arbres à lieue de la fin février jusqu’à l’ouverture des bourgeons. C’est le moment idéal pour récolter le bois, car le taux de sucre est à son apogée. Il vaut mieux n’utiliser que les tiges/bûches les plus saines, et éviter toutes celles montrant des signes de blessures, de détérioration ou de présence d’un autre champignon (coeur foncé ou tout autre signe de décomposition). Après la récolte, il faut laisser reposer le bois durant un minimum de deux semaines, mais l'inoculation doit avoir lieue avant six mois.

Feuillus ou conifères?

Certains champignons préfèrent le bois des conifères, mais la plupart des espèces cultivées préfèrent les essences de feuillus. Les bois tendres [de feuillus] produisent plus rapidement, mais moins longtemps que le bois dur. S'il s'agit de jeunes rameaux, les copeaux fraîchement déchiquetés (bois raméal fragmenté) doivent être légèrement compostés, afin de réduire leur richesse en azote.

Inoculer une souche avec des douilles

Les souches ont souvent un système racinaire très étendu, et peuvent prendre plusieurs années avant d’être complètement colonisées. Elles ont toutefois l’avantage de fournir des champignons pendant plus longtemps.

La méthode consiste à percer des trous légèrement plus creux que la longueur des douilles (1.5 à deux fois), mais d’égale largeur (habituellement 5/16”), avec une perceuse ou une meuleuse (grinder) modifiée. Les douilles y sont insérées avec un maillet, puis les trous sont scellés avec un pinceau et de la cire d’abeille.

  • Choisissez une souche d’un arbre feuillu, fraîchement coupé, saine et située à l’ombre des arbres.
  • Insérez-y des douilles chaque 4”, tout le long du phloème.

Inoculer des rondins

Avec des douilles

En quinconce, plantez des douilles aux 4-6” sur toute la surface du rondin. Procédez de la même manière que pour l'inoculation des souches, plus placez les rondins à l'abri du soleil direct, dans un endroit bien ombragé. Vous pouvez sceller une extrémité avec de la cire pour mieux préserver son humidité. Placez ensuite l'extrémité brute contre le sol. Évitez les endroits détrempés ou les terrains en forme de cuvette.

Avec des copeaux de mycélium non supplémentés (technique non éprouvée)

  • Fendez les rondins en deux sur le sens de la longueur
  • Déposez une couche de mycélium entre les deux bûches
  • Resserrez l'ensemble avec des cordes
  • Scellez les deux fentes latérales avec du papier journal et de la cire d'abeille
  • Scellez les deux extrémités avec de la cire
  • Placez les rondins à l'abri du soleil direct

Inoculation de douilles

Les douilles servent à inoculer des bûches et des souches.a) Le bois est d'abord percé, puis rempli par ces capsules de mycélium. Elles sont ensuite scellées et incubées. Elles sont d'abord immergées quelques jours dans l'eau, puis drainées 30 minutes. Une fois bien hydratées, vous pouvez ensuite employer différentes techniques pour les inoculer.

À partir de mycélium liquide
Dans un pot mason, placez un mélange composé à 60% de douilles et 40% de substrat pauvre. Stérilisez et inoculez avec la culture liquide, tel que décrit précédemment. proportions douille/substrat à déterminer

À partir d'une parcelle mère
Placez une couche de douilles sur une parcelle colonisée, entre la surface du mycélium et la jute.

À partir de boutures de pieds
Pour plusieurs espèces, au moment de la récolte il suffit de préserver environ 1 à 2 cm de la base de la tige, en prenant bien soin de conserver les délicats rhizomorphes qui s’y rattachent. Utilisez ces boutures en tant que mycélium.

Placez les douilles dans une boîte de carton, et placez-y les boutures en quinconce, aux 4”, à 2-4” sous la surface. Recouvrez le tout avec plusieurs feuilles de carton humide, face exposée vers le bas, puis scellez les fentes avec de la cire d'abeille. Placer la boîte à l’extérieur, dans un endroit sombre, chaud et humide pendant plusieurs mois.1)