Présentation

Le mycélium axène (cultivé in vitro), peut croître sur un substrat supplémenté à 100% (constitué à 100% de grains). Cependant, dès qu'il entrera en contact avec l'air ambiant, la confrontation avec les micro-organismes compétiteurs mettra sa survie en péril. Même lorsque colonisés par le mycélium, les bactéries ont un développement rapide et seront friandes des sucres résiduels. Un substrat composé principalement de grain peut toutefois être utilisé pour inoculer davantage de substrat stérile, ou pour induire une floraison en milieu assaini. Pour faciliter le morcellement, le grain cuit peut être mélangé avec du sable (proportions à déterminer).

Pour formuler efficacement vos préparations, consultez le calculateur de recettes.

Si vous planifiez transférer le mycélium dans milieu non-assainit, tel une forêt, utilisez un substrat à base de lignine (bois), et/ou de cellulose (paille), et ne supplémentez que très légèrement le substrat (10% ou moins), voire pas du tout. La colonisation in vitro sera ralentie, mais les chances de survie seront nettement augmentées.

Choix du grain

Le seigle est souvent conseillé dans la littérature, pourtant c'est loin d'être le meilleur choix. Le mycélium a tendance à stagner, puis devient contaminé après plusieurs semaines d'inactivité. Plusieurs mélanges pour oiseaux (WBS: Wild Bird Seeds) conviennent très bien pour la croissance du mycélium. Ils sont habituellement constitués de maïs, blé, millet, avoine et tournesol. Le tournesol est indésirable (pauvre), mais ce n'est pas nécessaire de le retirer. Il vous faudra faire quelques tests avant de trouver un mélange qui fonctionne bien, puis vous pourrez choisir le meilleur rapport qualité/prix. Dans tous les cas, c'est définitivement une nourriture plus complète qu'un grain unique, et la structure est aussi plus complexe. Priorisez le grain biologique, local si possible. Sinon, on peut habituellement assumer que la nourriture pour animaux est exempte d'enrobage de fongicide ou d'autres pesticides.

Le mélange économique de la Ferme Picardie donne de bons résultats. Vous pouvez formuler un mélange équivalent avec ces proportions;

     Par % de poids:

  • 45 % maïs concassé
  • 32 % blé
  • 23 % millet blanc

Matériel

  • Grand chaudron
  • Filtre en nylona) et sceau sans fond
  • Louche, entonnoir
  • Pots mason, couvercles en plastique (pour éviter la rouille) et filtres adaptés

Préparation du grain

  • Dans un grand chaudron, ajoutez une généreuse quantité d'eau. Portez à ébullition et ajoutez 0.27 L de grain pour chaque pot de 1L. (facultatif: Vous pouvez retirer les graines de tournesol pour un mycélium plus uniformément blanc)
  • Faites mijoter à feu doux pendant environ 45 min. Le temps de cuisson varie selon plusieurs facteurs. Il faut essayer de saturer les grains en eau, mais en évitant qu'ils explosent. Vaut mieux moins que trop d'eau, sans quoi le grain formera une masse compacte et gluante une fois stérilisé.

          

  • (au besoin) Pendant ce temps, vous pouvez tremper les filtres dans une solution de 5% d'eau de javel. Ce prétraitement sert à nettoyer les filtres et à les désinfecter des contaminants incrustés. Rincez ensuite les filtres à l'eau froide. Vous pouvez conserver l'eau de javel dans un contenant fermé et la réutiliser plusieurs fois. Changez là si elle perd son effet blanchissant.

          

  • Versez ensuite le grain dans une passoire. Rincez immédiatement le grain à l'eau froide, pour lui enlever son enveloppe gélatineuse et cesser le processus de cuisson. Laissez égoutter pendant une heure. Vous pouvez faire une passoire avec une chaudière de plastique sans fond et un filtre à bière en nylon.

          

Humidification sans cuisson (bois, sable, ...)

Submerger le matériel dans l'eau. Certains intrants (bois, paille) peuvent nécessiter plusieurs heures. Lorsque le matériel est saturé, verser le tout dans la passoire et laissez drainer durant une heure.

Sterilisation des pots

voir Opération d'un autoclave AA75X

  • (facultatif) Ajoutez au mélange 0.9 g de gypse (sulfate de calcium) par pot de 1L. Le gypse est ajouté pour aider à maintenir les grains séparés après la stérilisation, et pour fournir le calcium et le soufre, favorisant ainsi le métabolisme du mycélium.
  • Rassembler les ingrédients (grain, sable, bois…), et mélanger le tout uniformément.
  • Remplissez les pots à l'aide de la louche et de l'entonnoir. Laissez 30 % d'espace pour permettre le secouage des pots. Placez un filtre au fond d'un couvercle, puis vissez-le fermement. Il est recommandé de patienter environ 24h avant l'autoclavage (voir Endospores).

          

  • Placez ensuite les pots dans le stérilisateur, puis maintenez la pression à 15 psi durant 1 heure. Selon votre stérilisateur, vous pouvez soit ouvrir la valve de contrôle ou attendre que la pression retombe d'elle-même (recommandé). Une fois la pression relâchée, ouvrez le stérilisateur, secouez légèrement les pots et entreposez-les dans un endroit propre et sec. Pendant le secouage, évitez autant que possible les contacts entre les grains et le filtre. Dès que les pots sont refroidis, ils sont prêts à être inoculés.

Endospores

Lorsqu'une bactérie détecte des conditions défavorables, elle peut commencer le processus d'endosporulation. Les endospores se composent d'ADN et d'une partie du cytoplasme bactérien entourés d'une enveloppe très résistante. Elles peuvent survivre sans nutriments, sont résistantes aux ultraviolets, à la dessiccation, aux hautes températures, au gel extrême et aux désinfectants chimiques.1)

Les endospores peuvent toutefois être détruites par autoclavage. Une façon indirecte de les détruire est de les placer dans un environnement qui les réactive à leur état ​​végétatif. Avec les conditions appropriées, elles germent en un jour ou deux et deviennent plus vulnérables. Cette méthode indirecte est appelée tyndallisation.1)

L'importance des filtres

Le mycélium s'apparente aux animaux. Il agit à la fois comme un estomac et un poumon. Il sécrète autour de lui des peroxydes et d'autres composés qu'il utilise pour se défendre et pour digérer son environnement immédiat. Puis, comme nous, il inspire de l'oxygène et exhale du gaz carbonique. S'il est confiné dans un pot fermé hermétiquement, ou un bac étanche, il épuisera rapidement sa réserve d'oxygène et cessera de croître, au profit de la croissance bactérienne anaérobique.

Malheureusement, le filtre ne peut être complètement étanche, il peut aussi agir comme porte d'entrée pour les contaminants. Il vaut mieux préparer le substrat qu'au moment ou il sera prêt à être inoculé.

Le filtre est la seule barrière entre l'environnement stérile, artificiel, et le monde réel. Le choix du filtre est donc d'une importance primordiale. Les filtres suggérés ci-haut sont durables, faciles à nettoyer, à manipuler, et les couvercles en plastique ne rouillent pas. Les filtres s'y emboîtent parfaitement, et ils y restent attachés quand on retire les couvercles des pots. Cela rend facile l'inoculation directement à partir d'un erlenmeyer, ou d'une seringue, sans nécessiter un port d'entré en silicone pour chaque couvercle.


a) Nylon Straining Bag With Draw String, 12in x 12in (the-bruhaus, ebay.ca)